Gennevilliers : Lyes Alouane porte plainte contre ses agresseurs homophobes

Lyes Alouane engage aujourd’hui deux actions en justice contre ses agresseurs, l’une pour menaces de mort homophobes, l’autre pour violences volontaires homophobes. Les associations Mousse, Stop Homophobie et Adheos dénoncent une défaillance des services de police de Gennevilliers.

Menaces de mort homophobes réitérées

Le 8 mai 2018, Lyes, 23 ans, a été pris à parti par deux individus sur la place du Docteur Roux à Gennevilliers, alors qu'il rentrait chez lui. L’un d’entre eux, Mohamed S., est un « récidiviste » qui injure systématiquement le jeune homme du fait de son orientation sexuelle. Lyes a alerté les services de police, qui se sont déplacés, mais l’agresseur a poursuivi ses insultes et menaces, devant les agents de police. Lyes a réussi à filmer les faits.

Dans la vidéo, Mohamed S. déclare en présence de trois agents de police : « Je lui ai dit que c'était une pédale, que c'était un PD, « il faut juste dire que dans un autre quartier, il se serait fait soulever ». « Si je fais un truc avec lui, je vais lui casser sa tête. Ouais, je vais lui casser sa tête. » « Des fois, il est sur le trottoir qui est là-bas. Et il passe. Et il nous regarde. C'est de la provocation. Il passe pas par là, c'est tout ». « Si vraiment il veut des problèmes, je lui casse sa tête. Et vas-y là, on me ramène [au poste de police], mais pour une raison. »

Lyes Alouane, ainsi que les associations Mousse, Stop Homophobie et Adheos, font notifier aujourd’hui une citation directe devant le tribunal correctionnel de Nanterre à Mohamed S. pour menaces de mort à caractère homophobe.

 

Violences homophobes lors d’une action de lutte contre l’homophobie

Ce vendredi 23 novembre 2018, Lyes a également était agressé, alors qu'il distribuait des prospectus contre les LGBTphobies, dans des boîtes aux lettres à Gennevilliers. Il a été menacé, chassé, traité de « sales pédés », de « tapettes » par au moins une vingtaine de personnes. Lyes a alerté la police pendant les faits.  La police ne s’est cependant pas déplacée immédiatement. Un jeune homme a frappé Lyes, puis l'a roué de coups au sol, quelques instants plus tard alors que Lyes avait rebroussé chemin.

Des journalistes de France 2, présent pendant la scène, ont filmé les faits, depuis les premières insultes jusqu’à l’agression de Lyes.

Lyes Alouane, ainsi que les associations Mousse, Stop Homophobie et Adheos, portent plainte aujourd’hui contre X pour violences volontaires à caractère homophobe, afin qu’une enquête soit ouverte contre l’agresseur de Lyes.

 

Défaillance des services de police de Gennevilliers

Le 8 mai 2018, jour de son agression verbale place du Docteur Roux à Gennevilliers, des agents de police étaient présent lors de la commission des menaces de mort à caractère homophobe contre Lyes. Pourtant interrogé par l’association Adheos, le préfet de police de Paris a estimé, dans un courrier du 2 octobre 2018, que « les diligences menées, n'ont pas permis de confirmer que des insultes homophobes ont été proférées, de même que l'existence de menaces n'a pas été juridiquement caractérisée. » Cette affirmation démontre que les agents de police de Gennevilliers n’ont pas fait remonter à leur hiérarchie les faits caractérisant des menaces de mort à cractère homophobe dont ils ont été eux-mêmes témoins.

Le 23 novembre 2018, Lyes se trouvait à Gennevilliers pour réaliser une action de sensibilisation contre l’homophobie dans les banlieues. Lyes a été insulté par une vingtaine de jeunes en raison de son orientation sexuelle. Lyes a alors appelé la police pour bénéficier d’une protection. Les insultes et la demande d’intervention ont été filmées par une équipe de France 2 présente sur place au moment des faits. Cependant, la police n’est pas intervenue et Lyes a finalement été agressé physiquement quelques minutes plus tard.

 

Contraint de déménager en raison de son homosexualité

Sa photo ayant été diffusée dans la presse, Lyes n’ose plus revenir à Gennevilliers de peur d’une nouvelle agression. Il s’est installé provisoirement dans un hébergement qui lui a été fourni par l’association Stop Homophobie.

Pour Me Etienne Deshoulières, avocat de Lyes et des associations qui le soutiennent, « Lyes Alouane a été contraint de déménager de Gennevilliers en raison de son homosexualité. En France, aujourd’hui, il n’est pas encore possible de vivre partout librement son orientation sexuelle. »

 

Contact presse :

Etienne Deshoulières

0177628203

www.deshoulieres-avocats.com


Donner de l'Argent Donner de l'Echo Donner de l'Amour

se connecter

recevoir les news