Agnès Cerighelli condamnée pour ses propos homophobes

Communiqué de presse – Paris, 16/03/2022

Agnès Cerighelli a été condamnée aujourd’hui par la Cour d’Appel de Versailles pour ses tweets homophobes. Elle devra verser à chacune des associations (Mousse, Stop Homophobie, ADHEOS, SOS Homophobie, AIDES et l’inter-LGBT) la somme de 600€, soit 3600€ au total.

Agnès Cerighelli comparaissait devant le Tribunal correctionnel de Versailles en février 2020 pour injures et incitations à la haine homophobes, suite à ses propos tenus sur Twitter du 25 au 29 mars 2019 :

« Le lobby LGBT comme dans tte secte a élaboré un savant mélange de doctrines pseudo-scientifiques au service d’une volonté d’influence et de pouvoir, en utilisant les moyens les plus sophistiqués et les plus cyniques à l’âge des réseaux sociaux, du mensonge et de la propagande. » 

« Un classique de la réthorique des activistes LGBT pour soumettre élus et citoyens au silence : les calomnier médiatiquement, les accuser de fake news, les menacer sur twitter. Qd le gouvernement prendra-t-il au sérieux les méthodes dangereuses de ce lobby infâme et pervers ? » 

 « En 1941, le nazi Heydrich impose à tout juif de plus de 6 ans de porter l’étoile de David sur son vêtement. En 2019, la secte LGBT impose à tous ses membres de porter un pansement arc-en-ciel sur le visage pour afficher sont prosélytisme et son communautarisme sexuels. Honteux ! ».

Ainsi, Agnès Cerighelli a été condamnée ce mercredi 16 mars par la Cour d’Appel de Versailles à verser un total de 3600€ aux associations constituées parties civiles dans le dossier.

Déjà poursuivie et condamnée pour des propos homophobes

Rappelons que les propos pour lesquels Agnès Cerighelli a déjà été condamnée ne constituent qu’une infime partie des tweets méprisants à l’encontre des personnes LGBT+ qu’elle a diffusé régulièrement sur internet. Malgré la suspension de son compte Twitter, elle a continué à répandre sa haine homophobe par d’autres moyens.

Cette décision de la Cour d’Appel de Versailles est une nouvelle victoire pour les associations. L’action des associations est dès lors primordiale. C’est la raison pour laquelle Mousse s’était constituée partie civile aux côtés de Stop Homophobie, Adhéos, SOS Homophobie, Aides et Inter-LGBT, pour que les personnes LGBTQI+ puissent être soutenues et se sentir en sécurité, même sur internet.

Selon Me Etienne Deshoulières, avocat des associations, « La banalisation de la haine homophobe sur les réseaux sociaux doit être condamnée. Agnès Cerighelli n’a cessé de répandre son homophobie sur internet, aujourd’hui, la justice à fait son travail».

Contact presse :

Etienne Deshoulières – Avocat au barreau de Paris

Tél. : 0177628203 – www.deshoulieres-avocats.com