Le recteur de l’académie de Lyon approuve le port du masque arc-en-ciel

Communiqué de presse – Paris, 05/07/2021

Le 4 mai dernier, une enseignante du lycée Germaine-Tillion, à Sain-Bel dans le Rhône a été empêchée de faire cours par la proviseure du lycée, car elle portait un masque arc-en-ciel. Le recteur de l’académie de Lyon a répondu à un courrier envoyé par Mousse et d’autres associations LGBT+ en confirmant la possibilité d’enseigner avec un masque arc-en-ciel, désavouant ainsi la cheffe d’établissement.

Juste après le retour des vacances de printemps, l’enseignante a été la victime d’une discrimination particulièrement incompréhensible lorsque la proviseure du lycée où elle enseigne lui a interdit de donner ses cours si elle ne retirait pas son masque aux couleurs de la communauté LGBT+. L’enseignante, accompagnée de plusieurs syndicats d’enseignants a alerté le recteur. Les associations Stop Homophobie, Mousse et ADHEOS lui ont également envoyé un courrier. Celui-ci affirme, en réponse, que les enseignants ont « la possibilité d’enseigner avec le masque de son choix ».

Pas d’atteinte à la neutralité du service public

Par cette prise de position, il soutient l’enseignante et désavoue la proviseure coupable de discrimination. La proviseure du lycée Germaine Tillion, par ailleurs s’expose à des sanctions disciplinaires en vertu de l’article 6 de la loi « Le Pors ». L’invisibilisation des soutiens à la lutte contre l’homophobie et la transphobie et la doctrine du « pas de vagues » au sein de l’Education nationale ne font qu’ostraciser les élèves et personnels LGBT+.

Selon Me Etienne Deshoulières, avocat des associations « Dans son courrier, le recteur de Lyon confirme la situation juridique antérieure : les professeurs des collèges et lycées peuvent aller faire cours avec un masque arc-en-ciel, sans porter atteinte au principe de neutralité du service public. Les fonctionnaires sont libres d’affirmer leur attachement à la lutte contre les discriminations, qui constitue non pas une opinion politique mais une valeur de notre République. ».

Mousse salue cette prise de position claire en faveur de la lutte contre l’homophobie et la transphobie à l’école. Il est essentiel que non seulement les adolescents LGBT+, particulièrement vulnérables dans cette période de construction, mais aussi que les fonctionnaires LGBT+, se sentent acceptés et protégés au sein des établissements scolaires.

Contact presse :

Etienne Deshoulières – Avocat au barreau de Paris

Tél. : 0177628203 – www.deshoulieres-avocats.com