Homophobie : un tweetos condamné pour ses injures contre Lyes Alouane

Communiqué de presse. Paris, 24/02/2021.

Un jeune tweetos a été condamné, ce mardi 23 février, pour injure publique homophobe envers Lyes Alouane, pour un tweet du 4 août 2019 : « Dégage sale homosexuel, commente encore une fois une de mes publications jenvoi mes cousins Gitant te tabasser »..

Lyes Alouane avait fait l’objet de propos insultants sur Twitter, visant son orientation sexuelle, le 4 août 2019. L’auteur alors, âgé de 16 ans, avait répondu à un commentaire de Lyes Alouane en écrivant :

« Dégage sale homosexuel, commente encore une fois une de mes publications jenvoi mes cousins Gitant te tabasser ».

Lyes Alouane avait alors porté plainte, suivi par les associations Mousse et Stop Homophobie. Les parties ont comparu devant le tribunal pour enfants de Nanterre ce mardi 23 février 2021.

En raison de son âge et de sa volonté de se repentir lors de l’audience, le tribunal pour enfants de Nanterre a délivré à l’auteur des faits un simple avertissement solennel. Il doit aussi verser 1000 euros à Lyes Alouane en réparation de son préjudice moral et des frais d’avocat engagés. Les associations Mousse et Stop Homophobie recevront également 1 euro symbolique chacune pour le préjudice moral qui découle de cet acte homophobe et 100 euros en remboursement des frais de justice.

Selon Me Etienne Deshoulières, avocat des associations et de Lyes Alouane : « La haine sur les réseaux sociaux fait des ravages. Elle attise les sentiments de rejet contre les personnes LGBT, dont les agressions physiques sont de plus en plus nombreuses. Mais les propos de haine véhiculent également les concepts par lesquels les jeunes LGBT vont se percevoir et se comprendre, dans la honte et dans la haine d’eux-mêmes. Les suicides sont jusqu’à sept fois plus courants chez les jeunes LGBT. Lutter contre la haine sur internet, c’est permettre à ces jeunes de grandir sans avoir une image négative d’eux-mêmes ».

L’action des associations est dès lors primordiale.  C’est la raison pour laquelle Mousse s’était constituée partie civile aux côtés de Lyes Alouane, pour que les personnes LGBTQ+ puissent être soutenues et se sentir en sécurité.

Contact presse :

Etienne Deshoulières, avocat

www.deshoulieres-avocats.com

0177628203