Le terme « pédé » n’est pas homophobe selon un tribunal Guyanais

Communiqué de presse – Paris, 21 septembre 2021

La juge des enfants de Saint-Laurent du Maroni (Guyane) jugeait le 8 septembre 2021 un mineur pour des faits de violences avec usage d’une arme. Le juge n’a pas retenu le caractère homophobe de l’agression, malgré les insultes homophobes proférées contre la victime. Mousse, Stop Homophobie et Adheos dénoncent l’absence de prise en compte du caractère homophobe de l’agression dans cette affaire.

Un jugement décevant

Ça aurait pu être l’un des premiers jugements pour homophobie de la région. Par trois fois Léon Maisome* a été poursuivi et menacé avec une machette par un adolescent de 15 ans à Saint-Laurent du Maroni en Guyane. Le 8 septembre dernier l’adolescent comparaissait devant la juge des enfants. Néanmoins, la circonstance aggravante d’homophobie n’a pas été retenue et les associations ont été déboutées dans leur constitution de partie civile. La juge n’a retenu que les faits de violence avec usage d’une arme pour condamner l’adolescent.

Le motif homophobe des attaques ressort pourtant clairement des faits. La victime était le professeur de l’adolescent deux ans auparavant et les élèves étaient au courant de son homosexualité. Il recevait régulièrement des insultes homophobes de la part de l’adolescent. Ce dernier a d’ailleurs reconnu devant les enquêteurs l’avoir plusieurs fois traité de « makoumé » (« pédé » en créole).

Le contexte particulier de la Guyane

Les associations Mousse, Stop Homophobie et Adheos regrettent que la juge n’ait pas retenu le caractère homophobe des violences. En Guyane, près de 70% des hommes ont une opinion négative de l’homosexualité, selon une étude KABP de 2014. Ce jugement aurait pu être un premier pas vers la reconnaissance de ce fléau.

Le raisonnement derrière la non-reconnaissance de la circonstance d’homophobie n’est pas connu. Les conditions de vie difficiles de l’adolescent expliquent sans doute la clémence de la juge. Toutefois, l’homophobie généralisée en Guyane et l’utilisation répandue de l’insulte « makoumé » peuvent avoir influencé la décision.

Me Etienne Deshoulières, avocat de la victime et des associations LGBT déplore ce jugement. « Ce qui aurait pu être un message d’espoir pour les guyanais.e.s LGBTQ+ ne vient que conforter le climat homophobe de la région.«

* Le nom de la victime a été changé.

Contact presse :
Etienne Deshoulières – Avocat au barreau de Paris
www.deshoulieres-avocats.com – +33177628203