Bassem Braïki condamné à une peine de prison pour ses propos homophobes

Communiqué de presse. Paris, 20/10/2020

Le blogueur Bassem Braïki a été condamné pour ses propos homophobes à une peine de 8 mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve, 2500 € d’amende et 4200 € d’indemnités à verser aux associations LGBTQI pour ses propos homophobes.

Bassem Braïki (40 ans) avait publié en 2018 sur son compte Snapchat une vidéo dans laquelle il tenait les propos suivants :

« C’est pour ça que moi je paye mes impôts locaux ? C’est pour voir deux sodomites en train de boire un cocktail ? […] L’autre Toufik, sale tentouse narbou wal dik. Y en a marre, où est cette France où c’était un délit quand tu tenais la main à ton pote le sidaïque. Elle est où cette France là ? […] C’est pour ça que vous êtes dans tous les postes clés, vous voulez rendre fous nos enfants. Vous voulez les rendre barjots. »

Le Tribunal correctionnel de Lyon l’a condamné aujourd’hui à une peine de 8 mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve de 2 ans, 2500 € d’amende et 4200 € d’indemnités à verser aux associations LGBTQI.

Lors de l’audience de plaidoirie du 15 septembre 2020, Bassem Braïki avait rappelé qu’il « n’avait rien contre les homosexuels », mais qu’il y avait quand même un « problème de moralité » à voir des homosexuels « défilés dans la rue lors de la gaypride » ou à « être reçus à l’Elysée ». Le Procureur lui avait alors rappelé que « quand on a fait l’objet de plusieurs condamnations pénales au cours des dernières années, on ne parle pas de moralité, on se tait. »

Dans le cadre de sa mise à l’épreuve de deux ans, Bassem Braïki devra exercer un emploi, indemniser les associations et payer toutes ses amendes au Trésor public, sinon il risque de la prison ferme.

Contact presse :
Etienne Deshoulières
www.deshoulieres-avocats.com
0177628203