Communiqué de presse - Paris, 02.07.2015

Fondée en 2000 par des étudiants de Science Po Paris, Mousse se donne pour but d’agir en justice contre les auteurs de propos et discriminations homophobes.

Mousse se constitue aujourd’hui partie civile contre Marc-Yvan Teyssier, président de la délégation du Rhône pour le Parti chrétien-démocrate et élu de la ville de Vourles (69). La première audience devant le Tribunal correctionnel de Paris aura lieu le 10 septembre 2015.

Lire la suite

Communiqué de presse - Paris, 07.05.2015

Fondée en 2000 par des étudiants de Science Po Paris, Mousse se donne pour but d’agir en justice contre les auteurs de propos et discriminations homophobes.

Mousse se constitue aujourd’hui partie civile contre l’élue de Marseille qui avait refusé de marier un couple lesbien pour des raisons religieuses.

Lire la suite

Communiqué de presse - Paris, 27.02.2015

Fondée en 2000, Mousse se donne pour but d’agir en justice contre les auteurs de propos et discriminations homophobes.

Après avoir obtenu des informations de Twitter, Mousse se constitue aujourd’hui partie civile dans une affaire d’injure et d’appel au meurtre contre les homosexuels.

Lire la suite

Communiqué de presse - Paris, 02.02.2015

Fondée en 2000, Mousse est la première association française LGBT dont le but est de poursuivre les auteurs de propos et discriminations homophobes.

Mousse se constitue aujourd’hui partie civile dans deux affaires de provocation à la haine et la violence à raison de l’homosexualité du fait de discours religieux.

Lire la suite

Communiqué de presse - Paris, 27.01.2015

Mousse se constitue aujourd’hui partie civile aujourd'hui au côté de l’interLGBT dans une affaire de provocation à la haine et la violence à raison de l’homosexualité contre le GUD de Nancy.

Lire la suite

Communiqué de presse - Paris, 12.12.14

Fondée en 2000, Mousse est la première association française LGBT dont le but est de pouvoir mener jusqu’à leur terme des poursuites pénales.

Mousse porte plainte aujourd’hui contre la conseillère municipale de Marseille des 15e et 16e arr.,  pour “discrimination à raison de l’orientation sexuelle”, celle-ci ayant refusé de marier un couple lesbien le 16.08.14 pour raison religieuse. L’adjointe s’était alors faite remplacer.

Lire la suite

Communiqué de Presse

Paris, 5 avril 2014 - Dans une interview publiée dans le 9ème numéro de la revue Charles, Christine Boutin a déclaré : « L’homosexualité est une abomination. »

Mousse condamne fermement cette déclaration qu’elle considère constituer une injure commise envers un groupe de personnes à raison de leur orientation sexuelle, délit réprimé par l’article 33 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse.

Cette déclaration homophobe de Christine Boutin a été relayée par L’Expansion, Le Huffington Post, Le Nouvel Observateur, la Charente Libre, Europe 1, La Nouvelle République et L’express.

Lire la suite

Communiqué de presse

Paris, 30 mars 2014 - Le 31 mars 2014 sera célébrée la journée internationale de la visibilité trans. Cette journée est l’occasion pour Mousse de réaffirmer sa solidarité avec les personnes trans.

En 2014, l’Etat français impose encore aux trans une stérilisation et un suivi psychologique afin de procéder à un changement de sexe. Les personnes trans doivent apporter la preuve de la stérilisation afin que soit prise en compte leur demande de modification d’état civil par les autorités françaises.

Lire la suite

Communiqué de presse

Paris, le 5 février 2014 - François Hollande et son équipe ont été tout à fait clairs lors de la campagne présidentielle de 2012 : il était pour l’ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples de lesbiennes. Cette position a été affirmée dans des tracts du Parti socialiste et de l’association Homosexualités et Socialisme (HES), lors du Meeting pour l’Égalité de 31 mars 2012, ainsi que dans une interview accordée par François Hollande au magazine Têtu paru en avril 2012.

Lire la suite

Communiqué de presse

Paris, le 29 janvier 2014 – La loi du 27 janvier 2014 a harmonisé les délais de prescription en matière de délit de presse à caractère discriminatoire.

Auparavant, une prescription de 3 mois était applicable aux délits de presse à caractère homophobe et sexiste, alors que les délits de presse racistes bénéficiaient d’une prescription de 1 an. 

Lire la suite


Donner de l'Argent Donner de l'Echo Donner de l'Amour

se connecter

recevoir les news